Vendredi 06 Décembre, 2019

Rapport de la Commission pour un Monument aux Morts en Opérations Extérieures

C'est à l'Hôtel de Brienne, ce lundi 10 octobre qu'a été effectuée la remise du rapport de la Commission dédiée à l'édification d'un monument aux morts en OPEX, présidée par le Général(2S) THORETTE, au Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, en présence de son Secrétaire d'État, des représentants d'associations du Monde Combattant, telle que la FNAME, conviés à réflexion pour celui-ci, et des médias.
Ce rapport détaille au travers de quasi quatre-vingts pages les chemins de réflexion de la Commission.

 

En synthèse, il se développe ainsi:

Après présentation de la composition de la Commission, comme de ses lettres  de missions, est apportée une définition des opérations extérieures, au nombre de 288 à l'heure actuelle.

 

A la suite, est développée une synthèse quand aux différentes auditions menées auprès des intervenants extérieurs entendus, représentants d'associations attachées au Monde Combattant.
Ainsi la FNAME a été consultée en premier lieu; tout comme des associations à même d'apporter appui de réflexions au travers de leurs expériences propres (Mémorial de Fréjus dédié aux Morts pour la France en Indochine, Mémorial national de la guerre d'Algérie, des combats du Maroc, et de Tunisie - Quai Branly, ...)


Une fois la problématique posée, la Commission s'est attachée à définir une date déterminant le début des opérations extérieures menées par la France. Dès lors, l'année 1963 a été retenue, s'attachant à la détermination posée par l'ONAC qui définit ses actions comme postérieures à 1962 et les combats AFN.


Suit alors la concertation effectuée quand à la décision des noms de Morts pour la France à inscrire sur ce monument. En effet, pour des raisons diverses, les militaires décédés en opérations extérieures ne sont pas tous inscrits administrativement sous la mention Mort pour la France.
Les raisons en sont aussi diverses que celles des classifications aujourd'hui adoptées par nos Armées: au combat, hors combat, tué au combat, mort par blessure, mort de maladie, décédé après hospitalisation, etc...
(Cette mention est instituée par la loi du 2 juillet 1915, modifiée en 1922, et étendue aujourd'hui telle que celle-ci est déterminée sur avis favorable de l'autorité ministérielle  définissant en ce cas tout acte de décès de militaire - tué à l'ennemi, ou mort dans les circonstances se rapportant à la guerre.)


Dès lors, le nombre des militaires tombés en opérations extérieures qui aurait du manifestement être inscrit sous la mention de Mort pour la France étant très important, il a été déterminé que serait inscrit sur le Mémorial à venir le nom de tous ceux dont le décès est lié à leur mission au cours d'une opération extérieure menée par la France. Ainsi, les noms de 616 militaires français seront portés sur ce monument.


Le lieu d'édification de ce monument est ensuite abordé. Il est défini comme devant être un lieu prestigieux, aisé d'accès, permettant la célébration d'hommages, didactique, incluant un espace virtuel ouvert à la transmission de mémoire tant pour ceux qui viennent s'y recueillir, que pour tout passant.

Considérant l'ensemble des attentes sur ce point, mais aussi des contraintes liées aux monuments classés "historiques" pour sa réalisation, 19 étapes ont dès lors été notifiées. Trois sites ont été principalement retenus pour cette édification sur Paris, lieux et raisons que nous vous invitons à découvrir sur le rapport en ligne proposé par le Ministère de la Défense.

Ce site, qui se doit d'être à la hauteur de l'engagement de nos militaires au service de notre pays de par le monde, pourrait être étendu à la création d'un monument virtuel, accessible à tous sur Internet. L'accent a également été mis sur la possibilité de voir l'inauguration de ce monument sur Paris relayée en province et en Outre-mer.

Enfin, la volonté d'associer les familles et les blessés en opérations à l'inauguration de ce monument a été clairement exprimée, afin que nul n'oublie la reconnaissance des souffrances qu'ils vivent et portent au nom de notre Nation.

L'inauguration de ce monument ne sera probablement pas effectuée avant deux à trois ans.

 

Avant donc que ce monument ne vienne enfin au nom de notre Nation honorer la Mémoire de ceux qui l'ont servie avec tant de bravoure et de convictions, nous souhaitons vivement que l'ensemble des Mairies de France s'applique à ce même légitime hommage au fronton de leurs Monuments aux Morts pour l'ensemble des Fils et Filles de France tombés au champ d'honneur, et relevant de leurs communes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chercher sur le site