Mercredi 16 Octobre, 2019

Commémoration du 1er soldat tombé au Tchad

le vendredi 15 mars, une délégation de la FNAME-OPEX, forte d'une trentaine de compagnons et de cinq drapeaux, était présente sous l'Arc de Triomphe. Lors de ce ravivage, elle rendait hommage au premier soldat de français, tombé au Tchad, il y a tout juste cinquante ans.


Cela s'est passé le 15 mars 1969, à Oum Hadjer, au point kilométrique 50 ; la veille, le poste de Haraz-Djombo avait été attaqué par un fort parti dissident.

L'adjudant-chef Marcel ORIONE, qui servait au titre de l'AMT, s'était élancé à la tête de son peloton de méharistes, à la poursuite de la bande et avait réussi à l'intercepter.

Montant alors à l'assaut à la tête de ses hommes, il avait trouvé ce jour-là, une mort glorieuse.

Médaillé Militaire, croix de guerre TOE (1 citation), croix de la valeur militaire (2 citations), ancien d'Indochine et d'Afrique du Nord (Algérie et Maroc), deux fois blessé, il a donné sa vie pour la France en Opex, faisant ainsi le lien dans la mort, entre la troisième et la quatrième génération du feu, comme dans un passage de témoin symbolique.

La Fname-Opex rendait donc hommage ce soir-là à l'adjudant-chef Orione et, à travers lui, à tous les soldats français tombés au Tchad depuis 50 ans (d'après le site officiel "Mémoire des hommes", 146 militaires français sont morts en Opex au Tchad, dont 122 ont reçus la mention "Mort pour la France").


La cérémonie était présidée par notre ami William Mogé, président départemental de la FNAME-OPEX de Seine-Saint-Denis. Pour lui, cette cérémonie revêtait une importance particulière : en effet, il se souvenait avec émotion de ses deux camarades de chambrée, jeunes sergents comme lui, avec qui ils servaient au 1er RPima : tous les deux sont tombés au Tchad, le premier Dimitri VORONINE a été tué en 1970, et le second Christian LARGE a été tué l'année suivante .


Pour déposer la gerbe, William était entouré de nos compagnons Jean Leroy et Alphonse Zimmermann, qui ont servi au Tchad en 1970/1971, au sein du 3ème Rima.

A l'issue de la cérémoie, nous nous sommes retrouvés à la maison des combattants de Saint-Ouen : Hugues Temple-Boyer, le président local de la section de Saint-Ouen, avait préparé un sympathique apéritif dinatoire afin que nous puissions partager un bon moment de fraternité et de convivialité.

Menu Principal